AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 
the darkness killed the stars in his heart

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
messages : 18
Date d'inscription : 04/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: the darkness killed the stars in his heart
Dim 6 Nov - 21:59


Einar "Hodr" Magnusson
and turned them into black holes in his mind.

Ton identité

nom : Magnusson, le nom spolié d’une génération de suédois coupant les liens les unissant à leurs racines. Le patronyme usité de celui n’ayant personne, de celui n’étant personne. Un nom passe-partout qui lui ouvrit bien des portes, permettant à cet autre de fouler la terre après avoir usé la voute du firmament. Aucune engeance, aucun héritage à recouvrir, sauf le sentiment d’appartenance à une nation s’était défaite de ses souvenirs.  ▲  prénom : Tel un doigt levé bien haut vers la faute intrinsèquement lié à sa condition. Il fit un pied de nez à ses illustres parents et ce nom de baptême l’ayant maudit. Maître de sa propre personne, capitaine d’une destinée dont il n’a jamais souhaité, il travesti le feu de ses origines afin d’être ce qu’on lui refusa de devenir. Einar, la douceur des portes d’un Valhalla ne s’ouvrant que pour lui. Hodr se fit descendance mirifique des combattants morts dans la gloire avant que les Valkyries ne les amènent à son père. Einherjar par choix, celui dont le nom a toujours été rattaché au combat ne peut s’imaginer finir ailleurs que sur le champ d’Idavoll afin de se battre jusqu’à la fin des temps.  ▲  âge et date de naissance : D’apparence trentenaire, homme raffiné avançant dans la fleur de l’âge, il ne peut révoquer les siècles tatoués à l’envers de ses paupières. Il ne peut ignorer le poids de ces millénaires écrasant son buste au point de lui en faire désirer l’apostasie. Pourtant, phoenix s’étant oublié aux portes d’un enfer désincarné, il ne poussa le cri de sa naissance qu’une fois appelé par la gravité. ▲ statut civil : La solitude du nombre premier, celui incapable de toucher ces autres toujours hors de portée, Hodr ne connut la douceur des mamelles qu’au feu des nuits de joie. Être forcé à la solitude à cause de ses erreurs, il ne croit pouvoir toucher fleur sans la pousser à faner.  ▲  orientation sexuelle : Divin s’étant perdu au détour des nuits de stupre, la chair n’est chair que quand elle peut-être goûtée. Empoignée à pleine main, consommée jusqu’au petit matin sous les cris défaits de ces hommes et femmes défaits sous ses doigts. Bercé par ce pouvoir offert dans l’abandon de ces compagnons et compagnes d’une nuit, Hodr ne s’est jamais caché de ses tendances dépravées. Amoureux des corps noueux des hommes et des femmes prêt à miauler sous ses faveurs, il n’a jamais compris le besoin de choisir. Bisexuel espiègle, il est un amant doucereux peinant à cacher sa fièvre. ▲ Quel dieu, créature ou héros es-tu ? : Au panthéon des dieux nordiques, il est l’absent, l’inconstant. Il est celui dont tous connaissent le nom et celui dont personne ne parle sans évoquer son jumeau. Hodr, le combattant. Hodr, l’aveugle. Hodr, le jumeau de Baldr. Hodr, son assassin. Hodr, celui qui, manipulé par la malice du traitre Loki, porta le coup fatal à ce frère qu’il pourtant chérissait autant que ses parents. Bourreau d’un frère qu’il aimait, aujourd’hui encore les rires gras de ces autres dieux humiliant sa moitié arrivent à le troubler au plus profond de son être. Même si tous l’oublient, se souciant peu du dieu meurtrier, ont continue d’associé ce dernier à la froideur de l’hiver, au désespoir de l’obscurité. Représentation mythique de ces éléments qu’il incarne, c’est la crinière d’ébène et la peau laiteuse qu’il est possédé par l’Arctique dans ses veines et l’obscurité nourrissant en permanence ses prunelles.  ▲  metier : Gérant d’une maison d’édition, Avfall, c’est-à-dire L’Apostasie. Celle-ci est spécialisée en littérature touchant aux mythes. Autant d’un point de vue scientifique que de la réinterprétation des mythes. ▲  situation familiale : La voix s’est éteinte, le souffle de l’aveuglement disparaissant au profit du silence. Fils de personne, entité ne demandant qu’à oublier la profondeur de ses racines, leur vitalité et l’ambroisie dont les siens se gorgeaient, il ne peut effacer cette balafre à jamais tatouée le long des détours de sa chair. Enfant de Frigg, jumeau de Baldr, demi-frère d’un Vali encensé dans le meurtre de sa propre chair, il n’est rien de plus que l’abhorré. Avec la fièvre et la honte, Hodr a toujours rejeté le poids de ces origines le faisant ployer sur leur poids. Doté d’une engeance divine, fils du Dieu des Dieux, il ne saurait énumérer le nombre de ses frères et sœurs ayant dansés lors de ses funérailles. Il ne peut exprimer ce mélange d’amour irrationnel et d’horreur qu’il éprouve pour ce père ne portant que le titre de Dieu. Odin est son engeance, son royaume n’est que sa pénitence. Fils du puissant forcé de vivre à l’ombre de Hel, il attendit l’avènement des années suivant le Ragnarok pour être celui qu’il pensait avoir toujours été. Désormais, il n’a même plus leurs noms à psalmodier.  ▲  traits de caractère : Sanguin + Soumis + Vengeur + Asocial + Froid + Peu prolixe + Incertain + Dévoué + Solitaire + Indépendant + Débrouillard + Impétueux▲  groupe : Glory and Gore ▲  crédits : Faust



Ton idéologie
Tes tics et manies
Tes pouvoirs

 

Tes valeurs à défendre

Le prix du sang. Le devoir de mémoire. L’emprise écrasante d’une histoire que tous semblent avoir oubliés. Le besoin incessant de rugir jusqu’à s’en arracher le souvenir des nuits d’infinis, des instants passés avec Hel au plus profond d l’obscurité coincé en ses prunelles. Einar fait partie de ces doux violents, de ceux qui se rompent le cou en s’excusant, en s’immolant contre d’autres corps brisés à force de s’y user les phalanges. Il fait partie de ceux n’y croyant plus. Fait partie de ces éperdus forcés de lutter contre eux-mêmes afin de trouver la voie, de rapiécer la fin de l’histoire. Parce que c’est ce dont il s’agit, la fin de l’histoire. Aux yeux d’Einar, il s’agit d’un moyen de se racheter une place au côté de son frère, de retrouver la chaleur de sa mère et un jour goûter la fierté de son père. Il s’agit, pour lui, de serrer les poings, leurs rentrer dedans jusqu’à ce qu’ils se rappellent. De son nom, son histoire. Jusqu’à ce qu’ils comprennent que, même en ayant passé sa vie dans le noir, le Dieu de l’hiver ne s’est pas éteint. Au final, il n’est qu’une question d’être. Aux yeux du monde. Aux yeux des siens. Enfin trouver une place avant la fin.
Einar ne se soucie guère de l’amertume de la soumission. La liberté n’a d’intérêt que si elle est couvée par des forces supérieures. La liberté ne se trouve que dans le décès et au fin fond de la peur. Il n’est d’être exempt de ses chaines, c’est pourquoi l’oublié s’épanouit sous l’auge de ses geôliers, se faisant exécuteur de ses pulsions. Il ne croit que dans le pouvoir de ses ainés, dans leur droit de naissance et le fruit qu’ils ont semé. Dévot d’une époque révolu, croyant d’un panthéon n’étant plus, il exulte dans le noir l’avènement d’une ère passée, le retour du pouvoir d’être dépassés par les évènements.




Tes habitudes

L’attire soignée en permanence, la présentation toujours pensée avant d’affronter la réalité. Einar fait partie de ces êtres forcés de paraître à défaut de n’être que ce qu’ils sont. Détenteur d’une boite d’édition prospère, il se doit de porter l’image de cette entreprise sur ses épaules, luttant contre le stigmate inoubliable qu’est sa cécité. X Pourtant, une fois la nuit tombée, le costume se disloque sous les doigts de l'handicapé. La chemise se fait froissée, le pantalon sur mesure devient un jeans déchiré. La moue angélique se perd sous le rictus du démon lui étant associé. X  Ivre des gloires qu’il n’a pu récolter par le passé, Einar est un amoureux des sensations fortes. Combattant volontaire au milieu des arènes scandant le nom de l’aveuglé, il s’use les phalanges contre tout ceux prêt à s’y risquer. Blessé sanctifié, c’est à la douleur des nuits de carmin qu’il goûte le stupre du sommeil des galériens. X Insomniaque avoué à mi-mots, il comble le manque de sommeil par les litres de caféine qu’il avale une fois l’aube perçant le ciel. X Marqué jusqu’en sa chair parce qu’il est devenu, parce qu’on ne lui laissa pas le choix de devenir, il porte au niveau de sa hanche droite le nom de son frère écrit en runes. A sa cheville droite, il porte le tatouage d’un serpent se mordant la queue, signe du cycle infini de la vie que rien ne peut interrompre. X La peau plus froide que la mort elle-même, nombreux sont les personnes à s’étonner de cette absence de chaleur cadavérique. Habitué à frissonner en sa propre chair, Einar s’est accoutumé par usure à ces marques bleutées que lui laissent les limites de son pouvoir, marquant ce corps imparfait de leurs caresses éternelles. X Aveugle à jamais perdu au plus profond des ténèbres, le brun n’en est pas moins dégourdis. Plein d’un sens que peu possède, bien qu’il porte une cane en permanence, signe visible de sa cécité, il pourrait paraître parfait voyant s’il venait à le désirer. X Toujours affublé d’une paire de lunettes de soleil, refusant l’accès de ses prunelles sans fond au monde. Il cache l’ébène de son regard en lequel la lumière jamais ne brille, par honte d’être vu. X Homme aux valeurs douteuses, à la moralité évanescente, il n’est pas rare de voir le sanglant recouvert de teintes lilas aller chercher le sommeil dans d’autres bras que ceux de son lit froid. X Gamin n’ayant jamais reçu l’amour d’une mère prise par les tourments de son jumeau, conscient de ne pouvoir réclamer l’attention du grand Odin même, il a toujours vécu cette absence en d’atroces souffrances. Les années ont passées et pourtant le brun ne peut oublier ce besoin d’appartenir l’attachant aux ports les moins recommandés. X Ivre épris des libertés éphémères proposées par un univers ne lui étant pas destiné, il s’abandonne volontiers au feu de la chair et à la douceur des vinasses les plus distinguées. X Sadique avec une gueule d’ange, ancien protecteur devenu bourreau, il s’amuse de ces hommes sombrant au fil de ses pensées. Il s’amuse de cette force qu’il possède sur le commun des mortels et le pouvoir qu’il a de leur faire perdre la tête en les privant du contact de la réalité. Au point qu’il ne sait plus bien ce qui est vrai ou non. Au point qu’il ne sait plus faire la différence entre ce qu’il perçoit et ce qu’il s’imagine sur la toile mordorée de ses pensées. X Dieu déchiré par ce qu'on le força de devenir, le meurtrier par défaut devint meurtrier par désir.



Ce que tu es capable de faire

(DEPRIVATION SENSORIELLE) Suite à une éternité passée dans le noir, forcé de combattre les ombres dansant sous ses paupières, Hodr s’est fait maître de ce désespoir. Dieu de l’obscurité forcé de goûter à la sève de son propre poison, la divinité appris à se mouvoir à travers ce brouillard que rien ne put jamais percer. Maître des ombres dansant en sa chair, maître des ombres dansant dans les prunelles de ces autres, il possède la capacité de leur voler ce qui compose leur être. Défait de la douceur de leurs sens, forcé de lutter contre ce vide laissé en eux, il se gorge de leurs tourments, goûtant au désespoir qu’il leur offre en leur faisant goûter sa rancœur, leur offrant le noir de ses prunelles comme tout signe de leur malheur. Privé de leurs cinq sens, les prédateurs deviennent proie et Hodr, au creux de l’infini, peut espérer un jour devenir roi.

(SIXIÈME SENS) Celui dont la cécité le transforma en le maillon faible de la portée, passa sa vie à vouloir égaler ses frères d’armes. Doté de cette tare depuis sa création, celui qui semble avoir été puni par un destin redresseur de tord reçu un cadeau précieux afin d’amoindrir son chagrin. A l’instar d’un animal compensant les tourments portés par une blessure, cette tare dont il ne peut se défaire, Hodr apprit à composer avec ses faiblesses. Profitant de sens exacerbés, il perçoit le réel comme personne. A la conjoncture de ses perceptions, goûtant l’odeur de ses interlocuteurs, touchant l’étoffe de leur âme, arrivant même à entendre le trouble en leur souffle, il est doté d’une vision que même la cécité ne peut aveugler. Prince des malvoyants, guerrier de ceux abandonnés au noir de leurs tourments, de l’étoffe d’autrui il s’est fait une armure, percevant ce que les limites de l’univers cachent aux yeux de tous. Défaits des entraves de sa vision, il perçoit un monde de détails lui permettant de se mouvoir à travers la vie en dépit de l’obscurité ancrée en ses pupilles d’ébènes.  

(CRYURGIE) Dieu d’un hiver s’étant invité au creux de ses veines, détenteur de l’Arctique au plus profond de son buste, il ne put lutter contre les torrents de glace s’échappant de ses prunelles voilées. Celui dont la peau laiteuse et glacée laisse imaginer le givre coincé en sa chair semble avoir reçu comme cadeau de son père divin le Niflheim pour tout myocarde. D’après les anciens, ceux dont la sagesse millénaire s’éteignit à l’avènement d’une aube sans Freyr pour maitriser l’astre solaire, il n’est de froid plus glaçant que celui du dieu Hodr. Ce dernier certainement de glacer jusqu’à l’âme des pauvres fous pensant pouvoir tromper l’aveugle.  




Dernière édition par Einar Magnusson le Jeu 10 Nov - 23:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
messages : 18
Date d'inscription : 04/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: the darkness killed the stars in his heart
Dim 6 Nov - 21:59

PSEUDO

Ici tu écris le résumé de ton lien. bellicosus sane milesque semper et militum ductor sed forensibus iurgiis longe discretus, qui metu sui discriminis anxius cum accusatores quaesitoresque subditivos sibi consociatos ex isdem foveis cerneret emergentes, quae clam palamve agitabantur, occultis Constantium litteris edocebat inplorans subsidia, quorum metu tumor notissimus Caesaris exhalaret.

PSEUDO

Ici tu écris le résumé de ton lien. bellicosus sane milesque semper et militum ductor sed forensibus iurgiis longe discretus, qui metu sui discriminis anxius cum accusatores quaesitoresque subditivos sibi consociatos ex isdem foveis cerneret emergentes, quae clam palamve agitabantur, occultis Constantium litteris edocebat inplorans subsidia, quorum metu tumor notissimus Caesaris exhalaret.

PSEUDO

Ici tu écris le résumé de ton lien. bellicosus sane milesque semper et militum ductor sed forensibus iurgiis longe discretus, qui metu sui discriminis anxius cum accusatores quaesitoresque subditivos sibi consociatos ex isdem foveis cerneret emergentes, quae clam palamve agitabantur, occultis Constantium litteris edocebat inplorans subsidia, quorum metu tumor notissimus Caesaris exhalaret.


PSEUDO

Ici tu écris le résumé de ton lien. bellicosus sane milesque semper et militum ductor sed forensibus iurgiis longe discretus, qui metu sui discriminis anxius cum accusatores quaesitoresque subditivos sibi consociatos ex isdem foveis cerneret emergentes, quae clam palamve agitabantur, occultis Constantium litteris edocebat inplorans subsidia, quorum metu tumor notissimus Caesaris exhalaret.

PSEUDO

Ici tu écris le résumé de ton lien. bellicosus sane milesque semper et militum ductor sed forensibus iurgiis longe discretus, qui metu sui discriminis anxius cum accusatores quaesitoresque subditivos sibi consociatos ex isdem foveis cerneret emergentes, quae clam palamve agitabantur, occultis Constantium litteris edocebat inplorans subsidia, quorum metu tumor notissimus Caesaris exhalaret.

PSEUDO

Ici tu écris le résumé de ton lien. bellicosus sane milesque semper et militum ductor sed forensibus iurgiis longe discretus, qui metu sui discriminis anxius cum accusatores quaesitoresque subditivos sibi consociatos ex isdem foveis cerneret emergentes, quae clam palamve agitabantur, occultis Constantium litteris edocebat inplorans subsidia, quorum metu tumor notissimus Caesaris exhalaret.



Dernière édition par Einar Magnusson le Jeu 10 Nov - 23:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
messages : 18
Date d'inscription : 04/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: the darkness killed the stars in his heart
Dim 6 Nov - 22:00

PSEUDO

Ici tu écris le résumé de ton lien. bellicosus sane milesque semper et militum ductor sed forensibus iurgiis longe discretus, qui metu sui discriminis anxius cum accusatores quaesitoresque subditivos sibi consociatos ex isdem foveis cerneret emergentes, quae clam palamve agitabantur, occultis Constantium litteris edocebat inplorans subsidia, quorum metu tumor notissimus Caesaris exhalaret.

PSEUDO

Ici tu écris le résumé de ton lien. bellicosus sane milesque semper et militum ductor sed forensibus iurgiis longe discretus, qui metu sui discriminis anxius cum accusatores quaesitoresque subditivos sibi consociatos ex isdem foveis cerneret emergentes, quae clam palamve agitabantur, occultis Constantium litteris edocebat inplorans subsidia, quorum metu tumor notissimus Caesaris exhalaret.

PSEUDO

Ici tu écris le résumé de ton lien. bellicosus sane milesque semper et militum ductor sed forensibus iurgiis longe discretus, qui metu sui discriminis anxius cum accusatores quaesitoresque subditivos sibi consociatos ex isdem foveis cerneret emergentes, quae clam palamve agitabantur, occultis Constantium litteris edocebat inplorans subsidia, quorum metu tumor notissimus Caesaris exhalaret.


PSEUDO

Ici tu écris le résumé de ton lien. bellicosus sane milesque semper et militum ductor sed forensibus iurgiis longe discretus, qui metu sui discriminis anxius cum accusatores quaesitoresque subditivos sibi consociatos ex isdem foveis cerneret emergentes, quae clam palamve agitabantur, occultis Constantium litteris edocebat inplorans subsidia, quorum metu tumor notissimus Caesaris exhalaret.

PSEUDO

Ici tu écris le résumé de ton lien. bellicosus sane milesque semper et militum ductor sed forensibus iurgiis longe discretus, qui metu sui discriminis anxius cum accusatores quaesitoresque subditivos sibi consociatos ex isdem foveis cerneret emergentes, quae clam palamve agitabantur, occultis Constantium litteris edocebat inplorans subsidia, quorum metu tumor notissimus Caesaris exhalaret.

PSEUDO

Ici tu écris le résumé de ton lien. bellicosus sane milesque semper et militum ductor sed forensibus iurgiis longe discretus, qui metu sui discriminis anxius cum accusatores quaesitoresque subditivos sibi consociatos ex isdem foveis cerneret emergentes, quae clam palamve agitabantur, occultis Constantium litteris edocebat inplorans subsidia, quorum metu tumor notissimus Caesaris exhalaret.



Dernière édition par Einar Magnusson le Jeu 10 Nov - 23:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
messages : 294
Date d'inscription : 12/10/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: the darkness killed the stars in his heart
Mer 9 Nov - 16:09


Je ne pouvais pas passer à côté d'un dieu de la vengeance quand même assez sexy
Par contre mon cerveau est éteint alors
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: the darkness killed the stars in his heart

Revenir en haut Aller en bas
 
the darkness killed the stars in his heart
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CRYSTAL EYES :: 
FÖDELSE
 :: GESTION DU PERSONNAGE :: SE LIER
-
Sauter vers: