AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 
(aslaug) - heartlines

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
messages : 31
Date d'inscription : 21/10/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: (aslaug) - heartlines
Mar 1 Nov - 11:16

Heartlines
Aslaug & Fjölnir
Ah ! S'il en est un dans les cieux qui ait jamais veillé sur toi, que devient-il en ce moment ? Il est assis devant un orgue ; ses ailes sont à demi ouvertes, ses mains étendues sur le clavier d'ivoire ; il commence un hymne éternel, l'hymne d'amour et d'immortel oubli.

La foule s'amasse à l'entrée. Les costumes distingués côtoient les robes aux allures discrètes. Le spectacle va commencer et les livrets distribués tiennent le public en haleine. Parmi la foule, des dignitaires, des membres de la haute société, ne souhaitant qu'apparaître et se montrer à ce rassemblement des grandes fortunes. La présence seule témoigne du statut. Il y a bien quelques incongrus qui se glissent dans la masse dorée : étudiants en musique accompagnés de leurs professeurs, ou présents sur leur seule initiative.  

De l'autre côté, il y a les coulisses. Les derniers retardataires profitent de la discrétion de l'arrière pour les rejoindre. Quelques regards les accueillent, un jugement froid qui disparaît au profit de l'urgence.  Les musiciens sont déjà là, aux devants de la scène tandis que le reste des artistes sont encore entre les mains des costumiers et des maquilleurs. Ce sont les dernières retouches, rien de plus. Bientôt, les préparatifs se terminent, alors qu'une jeune fille à la chevelure sombre et aux yeux verts se faufilent en dehors des loges. Elle profite de l'ombre, d'une petite interstice pour observer le public. Le moment est parfait. Elle reconnaît de nombreux visages parmi la foule, les yeux rivés sur la scène alors que leurs propriétaires sont rivés au fond de leur fauteuil. De l'ennui parfois, un intérêt dilué par l'entente souvent. La jeune femme se retire des ombres pour s'enfoncer dans les entrailles de l'opéra.

Ce ne sont pas les silhouettes jetées sur son visage qui déforme ce dernier. La métamorphose est vive, subtile. Les os s'agrandissent, les traits deviennent plus masculins. La tenue s'allonge, la robe disparaît. Là où se tenait la fuyarde se trouve dorénavant un homme qui partage encore une ressemblance ténue avec la précédente. Pourtant, il ne s'agit que d'un énième masque. Il s'orne d'une nouvelle illusion, d'un autre nom. A peine le début de la trentaine, le visage piqueté de tâches de rousseur et des cheveux aux reflets discrets. Aucun témoin éventuel ne se trouve à proximité. Il glisse ses mains dans les poches, redresse la tête alors que les prunelles brillent encore d'un vert glauque irréel. Il continue à se glisser dans le ventre de l'opéra avant d'émerger. Une petite salle poussiéreuse qui mène sur un escalier.

Bien vite, le voici dans les sommets, les quartiers privilégiés de quelques notables. Une silhouette se découpe dans l'ombre. Il se dépêche de la rejoindre, un sourire aux lèvres. Nul besoin d'excuse pour son retard. Le spectacle va de toute manière commencer. Les instruments de l'orchestre crachent quelques notes dans les airs. Sa main se pose sur l'épaule du spectateur. « Je dois avouer que l'opéra n'a jamais été mon fort, Mr Christensen. » chuchota-t-il. Fjölnir le sait. Après tout, il y a si peu de choses qui lui échappe à propos de ses clients. Même les plus récents. Le silence s'installe entre eux alors que les premiers chanteurs foulent la scène.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
avatar
messages : 133
Date d'inscription : 21/10/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: (aslaug) - heartlines
Mer 2 Nov - 20:58

Heartlines
Aslaug & Fjölnir

Un verre de champagne à la main, la jolie blonde laissait son regard river : la pièce VIP de l’opéra, habituellement si calme, aujourd’hui grouillait de monde. Toute l’élite stockholmienne s’était donnée rendez-vous ici ce soir pour assister à la l’avant-première de cette opéra dont on entendait parler depuis de si longues semaines. Un événement auquel Aslaug n’aurait certainement pas été invitée, si elle n’était pas liée d’amitié avec le couple Christensen. Quelques années auparavant, le couple n’avait été que des clients parmi d’autres – désireux de sauver de leur relations et surtout, de leur réputation. Monsieur Christensen, étoile filante du parti conservateur, n’avait tout simplement pas pu se permettre de voir sa photo en page une des tabloïdes. Chercher de l’aide auprès d’Aslaug alors qu’elle commençait tout doucement à se faire un nom dans le domaine de la thérapie de couples, avait en quelque sorte été leur dernier espoir pour sauver mariage et carrière. Et il fallait avouer que depuis, le couple s’était montré des plus reconnaissants, et depuis que l’asyne avait malencontreusement laissé échapper qu’elle appréciait l’art, elle trouvait régulièrement dans sa boîte aux lettres des invitations pour les soirées les plus exquises que pouvait offrir la capitale suédoise. L’ouverture d’une nouvelle galerie d’art.  La première d’un opéra attendu. Des attentions qui touchaient la jolie blonde, d’autant plus qu’au cours des mois, elle avait fini par se lier d’amitié avec l’épouse Christensen. Engagée dans bon nombre d’œuvres caritatives, amoureuse d’art et de la nature, elle semblait rappeler à Aslaug celle qu’elle avait pu être. Dans une vie antérieure.  Celle qu’elle ne sera plus jamais. Repoussant rapidement ces sombres pensées dans un coin de son esprit, la jolie blonde se force à afficher un sourire enjoué lorsqu’elle attrape le bras de son amie.

« Nous devrions allez, le premier acte ne va sans doute pas tarder à commencer.

En effet, voilà quelques minutes que la salle commençait doucement à se vider. Les autres personnes présentes rejoignaient leurs sièges, et Monsieur Christensen avait disparu depuis bien longtemps - mais Ida était toujours en train de contempler les somptueuses robes exposées pour l’occasion. Des costumes de l’Opéra, certains vieux de plus d’un siècle. Plongée dans sa contemplation, cette dernière ne semblait même pas avoir entendu les paroles de son amies.

« Elles sont sublimes, tu ne trouves pas ? Ça du être si magnifique à l’époque, rien qu’à voir ces robes. »
« Oui… enfin, quand on aime ne pas pouvoir respirer. »

Cette confidence a glissé de ses lèvres avant que la jolie brune ne puisse l’en empêcher. Et devant le regard surpris de son amie, elle contentait de hausser ses épaules dénudées pour l’occasion.

« Tout le monde sait que le plus grand succès du féminisme, c’était de rayer ce foutu corset des accessoires à la mode, non ? »

Un sourire ne tarda pas à illuminer le visage jusque-là si sérieux de l’asyne : que son amie pense qu’il s’agissait là d’une plaisanterie. Elle n’avait pas besoin de savoir l’horreur que constituait le simple fait d’enfiler une de ces tenues.

« Peut-être devrions-nous nous dépêcher, je crains que si dérange ton époux en pleine représentation, ce sera bien la dernière soirée de ce genre à laquelle j'assisterais. »
« Tu plaisantes, c'est moi qui dois m'occuper d'envoyer les invitations. » pouffa son amie de rire, mais cette fois au moins, elle commençait à se diriger vers les loges - mais trop tard, semblait-il, puisqu'elles étaient encore dans les couloirs lorsque les premières notes commençaient déjà à envahir les lieux. Elles venaient tout juste de pénétrer les loges lorsqu'une voix inconnue parvient aux oreilles d'Aslaug. La voix lui était inconnue, tout comme la silhouette de l'homme qui semblait partager leur loge, et pourtant, pour l'espace d'une seconde, elle aurait pu jurer qu'il y avait quelque chose de familier dans le timbre dans cet homme. Dans sa manière de placer ses silences. Et surtout, de cette sensation de duperie qui l'avait effleuré. De la pénombre, la jolie femme observait avec précaution l'étranger. Non, ça ne pouvait pas être lui. Après tous ces siècles, ils ne s'étaient pas croisés une seule fois. Elle avait du oublier les habitudes de son époux d'antan. Tous ces minuscules tics qui, malgré son ingéniosité en matière de métamorphose, l'avaient toujours trahi. Ou du moins, qui lui avaient toujours fait comprendre de qui il s'agissait - peut-être exprès, parfois. Ce n'est finalement qu'après de longues minutes de contemplation que le regard de la jolie blonde se pose de nouveau sur la scène. Depuis son entrée, l'inconnu ne semblait pas lui accorder la moindre attention, et pour l'instant, elle ne pouvait rien faire. Alors autant essayer de profiter du premier acte, et de balayer toute pensée à son époux de son esprit. Après tout, voulait-elle vraiment le revoir ? Pour une déesse de la fidélité, la réponse aurait certainement du être simple, et pourtant, Aslaug était bien incapable de répondre à cette question. Bien sûr, dans un passé lointain, elle avait aimé son époux, au point de lui pardonner même ses infidélités. Mais aujourd'hui, il ne semblait plus qu'être remembrance de tout ce qu'elle avait possédé jadis. Tout ce qu'elle avait perdu.

Et pourtant... elle avait besoin de savoir. Si bien qu'à peine le rideau du premier acte tombé, et que tout le monde commençait à quitter les loges, elle se tourna vers l'homme, bien décidée à engager la conversation. A attirer son regard sur elle. S'il s'agissait réellement de Loki, il finirait par se trahir. Après tout, même le Dieu de la Duperie n'était jamais parvenue à lui mentir. A se tirer d'affaires en la baratinant jusqu'à ce qu'elle oublie la question qu'elle venait de lui poser, oui.

« C'est aussi grandiose qu'on nous l'avait promis, ne pensez-vous pas ? »

Une question qui pouvait paraître innocente, mais le sourire bienveillant dessiné sur les lèvres de l'asyne n'atteignait pas ses yeux : ceux-ci scrutaient le visage de l'homme roux, cherchant dans celui-ci le moindre signe qui trahirait - ou non - son identité divine.

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
 
(aslaug) - heartlines
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CRYSTAL EYES :: 
STOCKHOLM
 :: ÖSTERMALM :: OPERA
-
Sauter vers: