AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 
(nathaniel b.) looking at me through your window

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
messages : 77
Date d'inscription : 22/10/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: (nathaniel b.) looking at me through your window
Mar 25 Oct - 15:03

looking at me through your window
nathaniel & priam

Lorsque les rayons du soleil me réveillent, je tourne dans mon lit en enfonçant mon visage dans mon traversin. J'émerge lentement, pas vraiment décidé à débuter ma journée, j'aimerai encore rester dans mon appartement à glander en regardant la télé, commander des sushis et rester avec... Celui qui a décampé de mes draps. Lorsque je tend mon bras m'attendant à attraper le corps de mon amant pour le rapprocher dans un grognement, je suis surpris d'attraper du vide. Je me redresse pour réaliser être seul dans mon lit. Les yeux plissés. Je me redresse : il n'y a plus ses habits, il a réellement fuit comme un voleur. Je m'enfonce à nouveau dans mon lit pendant plusieurs minutes avant de me redresser et va directement à la salle de bain pour faire couler l'eau chaude sous ma douche italienne. Je prend le temps de laisser de la vapeur émaner de mon corps et me savonne plusieurs fois, redressant le visage vers le pommeau de douche. Qu'est ce qui c'est passé hier soir ? J'ai invité Éros, on est allé dans mon cabaret. On a ouvert plusieurs bouteilles -champagne, tequila, vin...- avant de décamper en boîte de nuit et rentrer vers six heures chez moi pour finir la soirée dans mon lit, moi au dessus de lui. Il était bientôt midi... Nos ébats ont duré un peu plus d'une heure... Il est partit très tôt, peut-être même qu'il n'a même pas dormi ! Parfois, le jeunot peut s'avérer effrayant.
Je sors de ma douche et enfile un boxer avec un jean gris. J'attache les lacets d'une paire de rangers noir et enfile un pull bordeaux : je n'ai clairement pas la tête à enfiler un costard serré avec une de mes chemises hors de prix en soie et en satin. J'ai encore en tête les lueurs bleu des néons de la boîte pour pouvoir porter n'importe quelle nuance marine. Je traverse ma chambre pour attraper mon téléphone placer sur la table de chevet, et réalise que la montre à côtés n'est pas à moi, mais bel et bien à l'autre brun. J’enfouis l’accessoire dans la poche avant de mon jean avant de quitter mon appartement ainsi que le building pour aller jusqu'au parking souterrain où mon impala noire repose. Lorsque je démarre le monstre, je laisse le moteur rugir comme un monstre et sors du parking souterrain pour me diriger jusqu'à chez Éros qui vit dans un quartier à peine plus loin que ma résidence de luxe. Lunette de soleil sur le nez, je baisse un carreau pour laisser l'air frais me caresser : après la soirée d'hier, j'ai besoin d'air frais, d'ice-tea, de salade et de fraîcheur.


© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas
avatar
messages : 84
Date d'inscription : 22/10/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: (nathaniel b.) looking at me through your window
Mar 25 Oct - 19:07



looking at me through your window  





Il n'était pas de nature à passer des longues nuits, il parvenait toujours à sortir du lit, par envie, par besoin souvent, par cette incapacité maladive à prendre le temps de profiter d'un moment doux. Nate était d'une nature à toujours avoir envie de plus, encore et en chœur, cela en était presque lassant pour son entourage sans aucun doute. Cela était pour cette raison, qu'il avait quitté les draps de son amant de cette nuit. Le jeu avec Pan datait de plusieurs siècles, plusieurs millénaires, et il fallait bien l'avouer que le hasard de le retrouver fut doux pour sa chair. Néanmoins, le sommeil ne vint jamais à s'avouer à lui dans les draps de son amant, et il s'envola comme il était venu. Arrivant chez lui en déposant ses affaires, ses clés, en prenant instinctivement la direction de sa chambre pour retirer ses vêtements et prendre la direction de sa salle d'eau. L'eau venant fracasser sa chair, laver son corps de sa torride nuit, tout cela s'évaporait, comme d'habitude. Le visage de gamin quitta rapidement sa douche, enfilant un gilet propre en le fermant à moitié, un boxer sans se donner la peine de mieux se vêtir. Sa journée serait portée sur son travail, et nullement sur un défilé de mode qui le ferait sans doute mourir d'ennui de toute façon. Nate quitta sa salle d'eau en se coiffant vaguement une fois ses cheveux secs, en prenant direction de sa cuisine pour saisir dans son bureau une bouteille d'Oasis dans un geste vif en la portant à ses lèvres. Il fallait savoir deux choses : Nate buvait en soirée, trop, mais le second point était que Priam buvait beaucoup plus et qu'il était toujours possible de relativiser. Eros était également sans doute plus porté la danse dans une boite, de nature à bouger jusqu'à s'épuiser – épuisement qui généralement atteignait son comble chez Pan.

La bouteille en main, il vint à se diriger vers sa salle de travail : une pièce réservée au développement des photos argentiques. Eros évoluait avec son temps, mais depuis la genèse de cette invention, il accumulait les clichés dans des albums. Le brun accordait une place importante à la culture, et cela était une façon de préserver sa propre mémoire en plus des souvenirs – des écrits - des époques plus lointaines. La photo argentique perdura dans ses habitudes, allant jusqu'à payer une fortune pour installer une pièce à cet effet dans son appartement au dernier étage d'un immeuble à l'architecture riche typique des mouvements du siècle dernier   - il n'avait pas fait le choix de la pauvreté sans pour autant rouler sur l'or. Il entra dans cette pièce, inondée de cette lumière rouge, et sans doute que le temps s'écoula bien plus vite qu'il ne voulait le penser. Les photos étaient récentes, le brun développait en réalité des clichés pour le journal, des portraits, mais cela avait toujours un charme – même s'il existait également une version numérique. Ce fut la sonnerie de son appartement qui coupa le jeune homme dans son élan. Quittant la pièce en récupérant sa bouteille, avançant avec une certaine curiosité : il n'attendait personne, mais cela ne serait pas une surprise d'admirer un proche débouler. Lorsqu'il ouvrit finalement la porte de son appartement, ce fut un visage connu qu'il croisa, mais il fallait bien avouer qu'il ne s'attendait pas à ce dernier.  « Tu es déjà triste sans moi ?  » Le jeune homme esquissa un petit regard moqueur en mimant une moue attendrie. « Je t'aurais imaginé avec une aspirine au fond de ton lit, mais si ça peut te rassurer je dois avoir ça.   » Nate lui fit signe d'entrer avec un petit rire narquois.



© TITANIA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
messages : 77
Date d'inscription : 22/10/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: (nathaniel b.) looking at me through your window
Mer 26 Oct - 12:47

looking at me through your window
nathaniel & priam

Une fois garé devant l'immeuble de celui qui a décide de s'appeler Nathaniel, je sors de ma voiture, montre à la main. Avant de rentrer le code, je prend soin d'attacher l’accessoire de l'autre dieu à la boucle de ma ceinture. Je rentre le code et pousse la porte avant de grimper au premier étage sans prendre la peine de retirer mes lunettes de soleil.  Arrivé face à la porte du brun, je sonne plusieurs fois et affiche un sourire mutin en voyant sa petite gueule. Je franchis le seuil de son appartement pour y rentrer sans attendre son invitation et reluque son fessier en me retournant. En tant que dieu de l'amour et de l'érotisme, il a de sacrément bons attributs « J'étais surtout déçu de me réveiller seul, tout à l'heure. » mains sur les hanches, je détaille de haut en bas sa tenue, si on peut la qualifier ainsi. Un simple boxer et un gilet à moitié ouvert « Donnes-moi en deux. » je relève alors mon pull, dévoilant un bout de mon torse bronzé et ma descente de poils. On peut clairement distinguer sa montrer qui pend à ma braguette. J'affiche un sourire encore plus large en le laissant m'observer « Mais si je suis là c'est surtout pour te ramener ta babiole. » je en comprend pas le principe des montres alors qu'avec les téléphones portables on peut savoir l'heure et faire encore plus de choses : pourquoi garder un objet à la fonction unique alors qu'un autre représente un véritable pack d'utilités pour notre ère ? Il faut dire que la technologie est quelque chose d'incroyable : internet, l'électricité, la science et tout ce genre de choses... ça me dépasse, mais me fascine également. Je rebaisse mon pull sans attendre que le minet vienne récupérer son dû et m'avance jusqu'à sa cuisine pour tirer un banc et m'asseoir, en soupirant avant de retirer mes lunettes de soleil « Qu'est ce qui c'est passé hier soir ? Outre notre petite séance de sports extrêmes ? » j’émets un petit rire sarcastique en regardant avec dédain la boisson qu'il tient entre ses doigts, que je pointe du doigt « C'est dégueulasse, tu me déçois. » je fouille dans la poche avant de mon jean pour sortir mon zippo et mon paquet de Malboro Gold « Vu la façon dont tu souilles mes draps, ça te dérange pas si je souille l'air de ton lieu de vie hein ? » j'ouvre le paquet et enfile une clope entre mes lèvres sans le lâcher du regard. Je l'allume et tire une première bouffée en soupirant « Au pire je connais une boutique qui vend des encens plutôt pas mal. » puis, ça nous ferait une occasion de sortir : il est presque midi mais je n'ai pas encore pris mon café ou un thé.


© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas
avatar
messages : 84
Date d'inscription : 22/10/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: (nathaniel b.) looking at me through your window
Mer 26 Oct - 13:16



looking at me through your window  




Pan était déchu, pourtant il avait toujours l'orgueil d'un dieu. Il fallait bien l'avouer que nombreux furent ceux tentant de s'élever dans la société pour ne pas se sentir minable en comparaison du reste du monde. Cela se voyait à son allure, avec des lunettes de soleil en automne. Eros était sans doute moins dans cet esprit froissé, celui d'être tombé, et il parvenait à se fondre dans la masse sans rencontrer des problèmes avec les autres humains. La première remarque de Priam se veut comme une semi-pique, puisqu'il s'agissait encore une fois de ce qu'il voulait et ce qu'il n'avait pas. Il était vrai, qu'Eros était l'érotisme et qu'il était un adepte de la tendresse, mais également qu'il n'allait pas rester des heures à attendre que son amant daigner se réveiller alors que lui, n'avait pas croisé Morphée – expression surprenante d'ailleurs. Il accepta néanmoins l'aspirine, il en demanda même deux alors que le pseudo gamin fermait la porte en haussant les sourcils. Monsieur voulait faire son mâle dominant qui donnait des ordres, malheureusement le regard de Nate changea brutalement d'expression. Observant le pull se relever, le brun observa avec surprise que sa montre se trouvait accroché à son plan cul – ce n'était même pas une métaphore. Cela expliquait donc la raison de sa visite… une montre ? Il en faisait beaucoup pour un si petit objet, il pouvait très bien envoyer un message, mais sans doute que le fait de se réveiller tout seul dans on lit l'avait tellement frustré qu'il avait décidé de faire le chemin. « Et je présume que tu avais peur de la perdre. » Le brun roula des yeux avec un sourire tandis qu'il suivait son plan cul de quelques pas en arrière : le lendemain semblait difficile.

Nate n'alla pas immédiatement chercher l'aspirine, restant à observer son plan cul s'installer avec un léger sourire moqueur. Posant une question sans lui laisser le temps de répondre, il vint faire une remarque sur un Oasis… vraiment ? Il pouvait critiquer tellement de choses, mais il préférait simplement venir mettre en avant qu'il buvait une boisson lambda. Le brun au final, déposa sa bouteille sur le bar, glissant ses mains dans les poches de son gilet – Eros n'était pas dans une tenu très valorisante, mais Pan ne pouvait se vanter de l'être. Il resta silencieux le gosse, acquiesçant de la tête sans réellement ressentir l'envie de lui dire « non » puisque sa petite argumentation tenait maladroitement la route. Puis vint finalement le sujet de l'encens, cela sembla totalement perdre Eros qui soupira. « Merci, mais ça ira, je ne vais pas m'amuser à payer des encens hors de prix.  » Nate lui fit signe d'entrer avec un petit rire narquois. Le brun afficha un rictus en quittant la pièce pour se diriger vers la salle de bain, récupérer une boite d'aspirine et repartir comme il était venu. Déposant la boite sur le bar d'un geste vif. « Hier soir, j'ai bu, toi tu as bu, beaucoup, vraiment beaucoup.  » Venant se saisir d'un verre dans un placard en sortant une bouteille d'eau – oui de l'eau il avait bien besoin de ça. « D'abord on était dans ton club, puis en boite, me demande pas laquelle car je serais incapable de foutre un nom sur l'endroit.  » Déposant le verre face à son amant en remplissant ce dernier d'eau. « Sinon, pour te remarque sur mon départ, tu dormais profondément et je pense que même avec toute ma passion, tu ne te serais pas réveillé.  » Esquissant un léger sourire moqueur. « C'est gentil d'avoir fait le déplacement juste pour une montre.  »



© TITANIA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
messages : 77
Date d'inscription : 22/10/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: (nathaniel b.) looking at me through your window
Mer 26 Oct - 16:59

looking at me through your window
nathaniel & priam

Je le laisse observer l'objet qui prend à ma ceinture avant de rebaisser mon pull et retire mes lunettes, que je laisse pendre à mon col « Pas spécialement, je l'utilise juste comme excuse pour venir te voir. » il faut dire que notre petit jeu durait depuis très longtemps maintenant, on passait des années à traîner ensemble, à coucher et à passer de bons moments jusqu'à ce que l'un ou l'autre ne décampe pour commencer une nouvelle vie ailleurs. Il nous arrive de nous retrouver des décennies voir des siècles plus tard et le jeu reprend pour mieux se terminer et recommencer, ainsi de suite. Je finis par prendre place dans la cuisine en me massant le crâne, soupirant à sa remarque sur les encens « Ce sont de très bons encens, livrés de Corinthe. » je continue de sourire malgré ma migraines. Hors de prix, c'est une bien grand idée. Les prix varient aux alentours des 9,50 Sk, c'est strictement rien. Je sais que certains dieux n'ont pas virés aussi bien que d'autres, mais je pense que n'importe qui peut s’offrir une boîte d'encens. Surtout quand il s'agissait de très bons encens. J'attrape la boîte de médicaments pour attraper une aspirine que je pose sur ma langue avant de prendre de l'eau et de relever la tête en avalant le tout, hochant la tête en marmonnant à chaque fois que le brun établit le bilan de la soirée d'hier « Ouais c'est plus ou moins ce dont je me souviens. » je me souviens aussi avoir observer plusieurs fois le brun lorsqu'il dansait, histoire de voir si trop de personnes à la fois s'approchaient de lui. Je ne suis pas en mesure de me montrer trop jaloux, surtout quand je tiens un club de strip-tease et que je suis une divinité du plaisir sexuel, mais ça ne m'empêche pas de l'être. Je roule les yeux au ciel quant à sa remarque « Tu sais très bien qu'il y a d'autres moyens que ta passion pour me réveiller. » je lui renvoie le même sourire moqueur en venant décrocher la montrer de ma taille, que je pose sur le plan de travail. Je suis déçu qu'il ne soit pas venu la récupérer lui-même, mais bon « J'allais pas la garder pour moi, elle est très moche. » je relève le regard vers lui « Tout comme ce gilet. C'est possible d'avoir un thé noir ? » je lui sourie de plus belle en venant faire craquer mes phalanges. En effet, je suis là et je compte bien rester. Pourquoi ? Je sais pas trop. Je n'ai rien de prévu aujourd'hui alors autant décuver avec mon partenaire de soirées.


© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas
avatar
messages : 84
Date d'inscription : 22/10/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: (nathaniel b.) looking at me through your window
Mer 26 Oct - 22:31



looking at me through your window  




Il n'était pas simple de saisir ce qu'il pensait, ce dieu qui avait encore l'orgueil d'un dieu, mais qui avait toujours des attentions humaines. Nate pensait que Priam était plus proche des dieux qu'il ne pouvait le penser ou même tout simplement l'imaginer. Eros assumait plus facilement son humanité acquise au fil du temps que Pan, qui donnait toujours cet air profondément hautain et sauvage – logique – sans jamais perdre une certaine classe. « Tu peux passer me voir sans te justifier tu sais, ma porte est plutôt ouverte. » Puis cette idée vint brutalement à Eros : si ce n'était pas pour venir le voir, mais pour venir voir ce qu'il faisait qu'il s'était déplacé ? Après tout, son départ précipité pourrait justifier un rendez-vous avec une personne autre que lui – il n'existait pas de contrat entre eux de toute évidence. Cela fit doucement sourire le brun, cette hypothèse, après tout cela n'était pas totalement impossible, et il fallait bien avouer que cela serait frustrant pour Priam de quitter un premier amant pour en trouver un autre. Pan vint lui-même à citer une ville Antique, comme pour remuer le passé : Eros n'était pas de nature à se lamenter, mais il était nécessaire d'avouer que cela faisait toujours de la peine d'assister aux vestiges du temps qui fut jadis glorieux.  « Corinthe, un endroit touristique drôlement sous estimé. » Le brun riait de son passé, sans jamais renier la grandeur de son temps de prestige.

Le récit semblait lui convenir – même si de toute évidence il ne pourrait pas s'en rappeler en intégralité. Eros était de nature « sociable » dans un lieu public, même dans une boite et cela s'expliquait par son don qui le poussait vers une forme de discussion aussi futile était-elle. Le brun n'était néanmoins pas un adepte de la parlote dans des endroits où cela n'était pas le but, mais il fallait bien avouer qu'il ne résignait jamais sur quelques rencontres atypiques. Ce fut néanmoins avec plaisir d'assister à la répartie du dieu qui ne semblait pas totalement déconnecté, entraînant un sourire complice chez Eros, par instinct. Il vint alors retirer la montre de lui-même en la déposant sur le bar, puisque le dieu de l'amour ne lui ferait jamais le plaisir de céder à un caprice qui se dessinait clairement sur son attitude. Cela sonna comme un écho à sa remarque, venant comme justifier sa présence sans que le brun ne vienne exiger une réponse. La première remarque sur la montre le fit rire alors qu'il l'attrapait entre ses doigts fins, quittant du regard Pan, pour presque aussitôt revenir poser ses yeux face à la remarque sur le gilet. Le damoiseau reposa son regard sur sa propre tenu alors qu'il écoutait la demande sur le thé qui venait simplement venir changer de conversation. Le gamin s'en détourna avec un sourire, sortant du placard derrière Priam un sachet de thé ainsi qu'une tasse qu'il vint déposer sur le plan de travail. Le gosse vint alors à dézipper son gilet, pour se glisser dans le dos de Pan, l’encerclant du gilet pour sentir son torse se frotter contre son dos tandis que ses mains venaient se réfugier dans les poches du gilet n'offrant aucun contact direct avec monsieur sexualité. Déposant son visage sur son épaule avec un sourire moqueur. « Qu'importe qu'elle soit moche, tu regardes rarement mes poignets de toute façon. » Eros n'était pas un demeuré, il avait l'habitude du dieu satyre. « Tu es de mauvaise humeur. A cause de ? L'alcool ? Le manque de sommeil ? Ou mon absence de ce matin ?  » Le brun laissa échapper un sourire narquois. « Comme tu as pu le remarquer, ce n'était pas pour aller batifoler ailleurs. »



© TITANIA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
messages : 77
Date d'inscription : 22/10/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: (nathaniel b.) looking at me through your window
Jeu 27 Oct - 17:14

looking at me through your window
nathaniel & priam

Je ne prend pas la peine de remercier le jeunot pour la tasse et le sachet de thé. En fait, je ne suis pas du genre à remercier qui que ce soit. Je demande, j'obtiens et je profite. Je n'ai pas à faire des courbettes pour je ne sais quel principe humain de politesse. Parce que clairement, je ne suis pas humain et je ne vois pas pourquoi je devrais agir comme tel juste parce que j'ai acheté une voiture et que j'ai monte un business. J'évolue avec les époques, et je n'ai pas envie de rester reclus dans une grotte en laissant mes pouvoirs et ma personne moisir dans l'oubli. On ne me connaît pas en tant que Pan mais on me connaît comme le propriétaire d'un strip-club de luxe, comme un amant formidable et comme un enfoiré bien fringué. C'est loin de me déranger, au contraire j'ai même nourris cette idée au cours des dix derniers siècles. Lorsque j'entends le gilet s'ouvrir, je ne me retourne pas et ne cille pas en sentant le torse du jeunot contre mon dos « Dieu merci tu as pris une douche. » j'ouvre le sachet et le trempe dans l'eau chaude en sentant son visage se placer sur mon épaules, ses mains des deux côtés de mon torse. Lorsqu'il me demande si je suis de mauvaise humeur, je pouffe de rire « Je ne suis pas de mauvaise humeur, je suis juste comme ça. Et c'est la gueule de bois qui me rend grognon. » c'est la pur vérité, je suis toujours d'une nature indifférente, un brin diva. La dernière phrase d’Éros, c'est la goutte de droit. Je me redresse, faisant grincer les pieds du tabouret au sol et me redresse. Tasse dans la main je me retourne face au dieu en m'appuyant contre le plan de travail « Tu peux répéter ? » je continue de sourire de plus belle en observant le brun « T'es l'amour et l'érotisme, s'il n'y a personne maintenant il y aura toujours quelqu'un autour de toi. » je serais stupide de me dire que je suis le seul à visiter le lit du brun. Je me rapproche de lui et lui donne une légère claque sur son fessier en buvant une gorgée du thé noir, bouillant « Et tu sais très bien qui je suis. Peut-être que tu es heureux de me savoir ici et pas dans mon cabaret avec deux ou trois nymphes accompagné d'un autre éphèbe. » Je hausse les sourcils dans un sourire mutin en me décollant de lui, reprenant une gorgée de la boisson. Je tiens toujours la cigarette entre deux doigts qui tiennent la tasse et ouvre la bouteille d'oasis pour faire tomber la cendre dans le liquide orangé et me dirige vers le canapé pour me laisser tomber dedans, cherchant du regard la télécommande.


© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas
avatar
messages : 84
Date d'inscription : 22/10/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: (nathaniel b.) looking at me through your window
Jeu 27 Oct - 20:03



looking at me through your window  





La remarque sur la douche était presque bête, puisqu'il n'allait pas se changer en restant couvert de sueur pour le plaisir de se promener avec la sueur bestiale de monsieur Pan. Il vint lui même avouer qu'il était grognon, il fallait reconnaître que cela faisait du bien de l'entendre, mais cela fut de bien courte durée, puisque monsieur décida de faire son homme, venant grogner, jouer le mec machiste de base sans prendre en compte qu'il n'était plus sur l'Olympe en train de régner. Le grincement ne fut pas spécialement agréable, mais cela invita néanmoins le jeune homme à venir refermer son gilet en ne quittant des yeux Priam qui se décidait à se montrer brutalement autoritaire. Néanmoins, Pan ne pouvait rien dire, et prétendre qu'il avait plus de puissance serait sous-estimer celui qui dicta longtemps l'amour aux dieux. Il prenait ses grands airs, mais cela se heurtait farouchement à la capacité d'Eros de relativiser, et surtout : qu'il pouvait remballer ses airs dominateurs lorsqu'il n'était pas question de sexualité. Ce fut d'ailleurs ce sujet qui tomba brusquement : la nature même de ce qu'était Eros, comme une critique sur ce qu'il fut plus que sur ce qu'il n'était aujourd'hui. La claque sur le cul n’entraîna aucun plaisir, ni même une colère, sur le visage du gosse. Priam pouvait jouer le rôle qu'il voulait, qu'il avait un espiègle face à lui, et il faudrait creuser sa tombe pour le voir perdre de son sarcasme et de sa nature passionnée. Venant également mettre en avant sa propre nature en collant les corps, ce qui encore une fois, ne déclencha rien : Pan aurait mieux fait de décuver dans son coin. Le brun l'observa le quitter avec ce sourire, ignorant si cela était le reflet de colère ou d'un sincère amusement. Nath resta quelques secondes face à cette scène, observant le plan cul parfait venir faire son grognon.

Nath se dirigea vers le mur, ouvrant la fenêtre de la pièce principale, pour prendre le chemin du salon en observant Pan chercher la télécommande. Nath ouvrit un tiroir de la table basse, l'agitant avec un sourire narquois pour d'un geste brutal la jeter par dessus la fenêtre avec un sourire taquin. « Oui je savais que toi aussi tu voulais parler. » Le brun n'était pas dans l'optique de « discussion » mais plus de « faire comprendre ». S'installant à califourchon sur Pan sans le toucher, ses deux genoux fermement enfoncés dans le canapé, prenant soin de ne pas se faire brûler par sa clope et encore moins d’abîmer son canapé. Plaquant ses deux mains sur la tête du canapé par dessus les épaules du dieu froissé. « Je suis, plus que deux concepts à la con. » Évidemment, dans cette position, c'était une perte de crédibilité assez bluffante, qui néanmoins avait le mérite de ne pas être sexuelle puisqu'aucun contact n'était réellement contracté. « Et oui je sais qui tu es, avec toi c'est difficile de l'oublier. » Cela coulait de source. « Et tu veux savoir ? Je pense en effet que c'est mieux, car l'érotisme en personne ne peut pas s'égaliser, mais cela ne coûte rien d'essayer. Plutôt que de me faire des piques, tu pourrais dire que tu avais envie de me voir comme hier soir dans tes draps, ça serait plus agréable, mais tu peux passer le temps tout seul sur mon canapé si cela t'amuse.  » Et il quitta progressivement sa posture.



© TITANIA
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: (nathaniel b.) looking at me through your window

Revenir en haut Aller en bas
 
(nathaniel b.) looking at me through your window
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Présentation de Nathaniel Mandrake[en construction]
» Nathaniel Ourobor [ACCEPTE] ~> Serpentard
» Nathaniel (Terminer)
» Enseigner, c’est apprendre deux fois | Nathaniel & Ange
» Nathaniel (terminée)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CRYSTAL EYES :: 
STOCKHOLM
 :: ÖSTERMALM :: HABITATIONS
-
Sauter vers: