AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 
Anyone who has never made a mistake has never tried anything new - Ileana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
messages : 25
Date d'inscription : 21/10/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Anyone who has never made a mistake has never tried anything new - Ileana
Lun 24 Oct - 20:50


I believe in everything until it's disproved. So I believe in fairies, the myths, dragons. It all exists, even if it's in your mind. Who's to say that dreams and nightmares aren't as real as the here and now?. Aaren & Ileana

Anyone who has never made a mistake has never tried anything new  

Ma langue claque contre mon palais alors que je tente de réussir à comprendre comment peut bien fonctionner ce foutu ordinateur. Un jour ou l’autre, je vais devoir prendre quelques cours, histoire de me familiariser avec cette nouvelle technologie. Je n’ai jamais été très doué pour ce genre de chose et j’ai toujours essayé de faire sans. Sauf que ma nouvelle patronne est assez pointue dans le domaine. Sa maison est pire qu’une forteresse, protégée par plusieurs caméras qui filment nuit et jour ce qui se passe dans la demeure. Désormais responsable de sa sécurité, je dois aussi gérer les vidéos, mais pour ça, il faut déjà que j’arrive à les afficher sur l’écran. « Alors… » Je passe ma main sur mon visage en essayant de me souvenir du petit topo qu’elle m’a fait en début d’après-midi. D’après elle, il n’y a rien de plus facile, mais je dois avouer que je me sens tel un enfant face à un problème insurmontable. Passant ma main dans ma tignasse brune, je plisse les yeux pour essayer de voir l’icône m’envoyant sur le logiciel de sécurité. Je finis enfin par le remarquer, pas très compliqué, il s’agit d’une caméra. « Ok, facile ! » Je tords mes mains entre elles, étirant mes bras, pour essayer de détendre mes épaules tendues, par ces nombreuses heures debout à garder une posture franchement pas agréable. Le logiciel se lance et c’est là que commence le problème. Il faut que j’arrive à afficher toutes les vidéos, mais pour le moment, seulement celle du jardin est visible. « Ça ne doit pas être compliqué… » Dire que c’est censé faciliter la vie ! Finalement après avoir passé la vidéo en couloir, en rouge, avoir arrêté l’enregistrement, sans oublier l’effacement total des données de la semaine, je finis enfin par réussir à afficher toutes les vidéos. « Bha voilà ! » Fier de moi, je me lève et abandonne l’écran désormais parsemé de nombreuses fenêtres.

Ma main se referme sur la porte du congélateur, tandis qu’un large sourire se dessine sur mes lèvres. De nombreuses glaces attendent d’être dévorées et je me saisis de l’une d’entre elles. « Chocolat ? Ouais. » Pas difficile aux sujets des parfums, je ne prends même pas la peine de chercher la glace saveur cookie et embarque celle au chocolat sous le bras. Avant de retourner m’asseoir, je ne me gêne pas pour prendre une cuillère à soupe, c’est plus pratique, ça correspond plus à la taille des bouchées que j’avale en temps normal. Étendant mes jambes sur la table basse, mon regard se pose sur l’écran, rien à l’horizon, la soirée devrait être tranquille. Je cherche tout de même ma cliente du coin de l’œil, elle est dans sa cuisine, savourant, toute seule, un plateau repas qui n’a pas l’air, si concluant que ça. L’idée de lui ramener des tacos me passent même en tête, mais c’est sûrement parce que j’ai une folle envie d’en manger depuis une semaine. Ici, la bouffe servit par la cuisinière ne sort pas vraiment de l’ordinaire, alors avant qu’elle se décide à faire des Tacos. Je vais quand même lui souffler l’idée, avec un peu de chance, elle acceptera de faire plaisir au plus bel homme du coin. Abandonnant la contemplation de l’écran, j’attrape la dernière édition du comic basé sur ma vie. Enfin pas vraiment, disons qu’on retrouve quelques traits communs, même si je n’ai rien à voir avec cette espèce de poupée Barbie au masculin. C’est une avalanche de conneries qui défilent les unes après les autres. « Ils abusent… » Je n’ai jamais été aussi égocentrique au point d’essayer de manger gratuitement en rappelant au restaurateur que je suis le fils d’Odin. Quoi ? Bon peut-être que je l’ai fait, une ou deux fois, mais pas beaucoup plus. « Rhhha !!! Je devrais porter plainte ! » J’envoie voler la BD à l’autre bout de la pièce avant de soupirer. Mes soirées se ressemblent toute, d’un ennui à mourir, souvent, je me souviens des soirées colorées et vivantes qui animaient Asgard. Les grands repas, les rires, la musique… Ici, j’ai l’impression que tout a perdue de la saveur. Parfois, j’aimerais retrouver cette symbiose qui me liait à mes frères d’armes, mais ici, perdu dans ce monde humain, je dois aussi me soumettre à leurs règles. Partir vider un fût de bière me passe bien à l’esprit, mais je préfère éviter d’être bourré, ça me crée toujours pas mal de problèmes. Seul point positif de mon arrivée sur Terre. Sachez que je suis presque sobre, je ne tiens plus l’alcool et autant dire que quand je deviens saoule, je peux devenir assez difficile à gérer… Voilà pourquoi j’évite donc de me retrouver dans cette situation. De toute façon, ce soir ce n’est pas envisageable, je suis de garde. C’est à mon tour de passer ma soirée, la tête devant les caméras avec pour seul intérêt le comptage de pixels.

Le problème dans ce genre de surveillance, c’est que bien souvent, il faut lutter avec le sommeil. Sommeil qui ne met pas longtemps à m’emporter. Je me réveille 3 bonnes heures plus tard. « Ohhh… » Je tends la main pour saisir mon réveil, mais à la place c’est Mjollnir qui se retrouve dans celle-ci. « Je t’ai pas demandé… » Je râle avant de déposer le marteau magique sur la table basse. Je passe rapidement ma main sur mon visage pour essayer d’y voir plus clair. Tout semble normal, jusqu’à ce que mon regard se pose sur la caméra de la salle de bains. Elle prend sa douche, jusqu’à là rien d’anormal. Je tiens tout de même à préciser que les caméras sont pour le coup en infrarouge et que je ne nous rien qui pourrait éveiller un certain désir, sauf si on ressent quelque chose pour une masse informe orange et jaune avec un peu de rouge. « Il est 3h du matin… » Je soupire avant de poser mon regard sur le couloir qui mène à la salle de bains. C’est là que je remarque une autre personne, un homme si on en juge par sa taille. « Merde… » Je jure avant de sortir à l’extérieur de ma chambre pour me précipiter vers la salle de bains. J’arrive pile au moment où l’homme ouvre la porte. Mes mains le saisissent et nous passons tous les à travers, la brisant au passage. Elle pourra toujours l’enlever de ma paie... Quoique non, ça fait parti des dommages collatéraux quand on embauche un dieu comme garde du corps. « Vous inquiétez pas, je le gère. » Je préfère la prévenir, histoire qu’elle arrête de crier comme un cochon qu’on égorge. De ce point de vue, elle est d’ailleurs beaucoup plus jolie qu’en infrarouge, mais je passe rapidement à autre chose –bien que je ne risque pas d’oublier ce petit moment -. « Qu’est-ce tu fous là ? Tu bosses pour qui ? » Il ne me faut que quelques secondes pour immobiliser l’homme en le coinçant contre le mur et vu qu’il n’est pas très coopératif, je le décolle de quelques mètres, histoire que ses pieds battent dans les airs. Avec un peu de chance, ça le fera réfléchir et il crachera le morceau.

(c) black pumpkin

Revenir en haut Aller en bas
avatar
messages : 24
Date d'inscription : 21/10/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Anyone who has never made a mistake has never tried anything new - Ileana
Mar 1 Nov - 20:47


I believe in everything until it's disproved. So I believe in fairies, the myths, dragons. It all exists, even if it's in your mind. Who's to say that dreams and nightmares aren't as real as the here and now?. Aaren & Ileana

Anyone who has never made a mistake has never tried anything new  



La buée dessinée sur les parois de ta douche devient de plus en plus dense. La douche, tu l'as fini depuis longtemps, et pourtant, tu restes là, immobile, à regarder la buée envahir toute la pièce. A laisser l'eau chaude couler sur ta peau, comme si elle pouvait te faire oublier la soirée. Comme si elle pouvait te faire oublier qui se trouvait actuellement dans ton lit, sombrant aux bras de Morphée. Enfin, allégoriquement bien entendu. C'était une erreur. Tu le sais que trop bien, et pourtant, cette erreur, tu la répètes bien plus souvent que tu ne le voudrais. 'Il fait partie de ton ancienne vie. Il ne te laissera jamais complètement différent.' Voilà ce que tu ne cesse de te répéter, comme pour excuser le fait que tu sembles bien incapable de lui résister. Il t'a brisé le cœur. T'as traité comme une moins que rien, et tout ça uniquement parce que Monsieur se sentait blessé dans son ego en voyant la femme qui partageait son lit devenir plus importante que lui. Pour cela, tu devrais le mépriser, le haïr - sauf que c'est loin d'être le cas. Si a une époque, tu te croyais amoureuse de lui, tu sais désormais parfaitement que cela n'est plus le cas. Et pourtant, il sait toujours te faire chavirer. Et à chaque fois, tu le regrettes - jusqu'à ce que tout recommence de nouveau. Condamnée à revivre les mêmes erreurs, encore et encore. Une éternelle boucle, dont tu ne sembles pas pouvoir t'en sortir. Mais le veux-tu vraiment ? A te voir céder encore et encore, on peut se le demander... C'est à des moments comme celui-là que tu regrettes le plus ta vie d'avant : en y repensant, tout semblait bien plus simple sur le Mont Olympe. On te donnait des ordres, tu les suivais. C'était aussi simple que ça. Ici, tu as du apprendre à vivre pour toi-même et personne d'autres - et même à donner des ordres à tes subordonnés. Une position avec laquelle tu as toujours autant de mal. Alors peut-être est-ce justement pour ça que tu t'accroches désespérément à ce petit bout qui te reste de ta vie d'antan. 'Encore une excuse' Une petite voix qui ressemble étrangement à celle de ton ancienne patronne résonne dans ta tête, comme pour te rappeler à l'ordre. Tu es plus forte que cela. Ou du moins, tu peux paraître plus forte. Demain matin, tu mettras Hermès à la porte. Comme toujours. Et cette fois, tu ne laisseras pas revenir. Une résolution que tu ne prends pas pour la première fois, mais cette fois-ci tu t'y tiendras. Cette bonne décision prise, tu t'apprêtes à sortir de la douche quand un bruit sourd te parvient aux oreilles, et avant que tu ne puisse te couvrir, deux hommes font leur entrée, s'effondrant à tes pieds. Un cri échappe de tes lèvres, alors que, paniquée, tu attrapes une serviette pour couvrir au moins partiellement ta nudité. "Ne pas m'inquiéter ? NE PAS M'INQUIETER ??!!" Si tu étais restée silencieuse pendant de longues secondes, bien trop embarassée pour dire quoi que ce soit, les mots ne tardent pas à venir, et ta voix commence à prendre une étrange ressemblance avec celle d'Hera dans le passé, exprimant toute cette colère refoulée que tu ressentais à ce moment même. Voilà à peine une journée que cet homme travaille pour toi, il te dérange pendant ta douche, attaque ton.. enfin, attaque Hermès, et ne veut pas que tu t'inquiètes ? Non, tu ne t'inquiètes pas, tu es furieuse. "Vous GEREZ ?! Bon sang, pourquoi je me suis laissée convaincre d'engager un incapable et un pervers !" Ta langue claque contre ton palais, et pendant un instant, tu oublies même que tu seule une serviette empêche que tes courbes soient exposées au regard de ce pervers incapable. Colérique, tu poses tes mains sur les hanches, laissant libre cours à ta colère... avant de rapidement les remonter, attrapant rapidement la serviette, empêchant de justesse de ne te tenir une fois de plus en tenue d'Eve devant ces hommes. Le rouge te monte aux joues; le gêne te lie la langue. Mais la voix d'Hermès vient à tes oreilles, te tire de tes pensées. "Mais je travaille pour perso, espèce d'idiot."Toujours cloué au sol, ce dernier tente tant bien que mal à se sortir de cette mauvaise passe, et se tourne désormais vers toi : "Mais bordel, dis quelque chose Iris ! Et toi, t'arrêtes de la mater." finit-il par ajouter à l'adresse d'Aaren. Doucement, tu commences à te ressaisir, tu penses à Hera pour t'aider à sortir de cette situation le plus rapidement. Claquant la langue contre ton palais, tu ordonnes sur un ton qui faisait tout honneur à l'ancienne maîtresse de l'Olympe : "Vous êtes COMPLETEMENT malade d'attaquer mon..." Ton quoi au juste ? Tu pourrais présenter Hermès comme ton petit-ami, mais quelque chose dans cette idée te répugne. "...invité" finis-tu par ajouter. "Vous ferez mieux de le lâcher rapidement si vous tenez à votre job. Et de sortir d'ici. Maintenant. L'agacement est inscrit sur ton visage, résonne dans chacune de tes syllabes - et surtout, ne s'abat pas uniquement sur ton garde du corps. "Toi aussi. D'ailleurs, tu ferais mieux de partir." Hermès n'apprécie pas d'être commandé de la sorte, tu le vois dans dans son attitude, et coupe court à la moindre discussion en haussant les sourcils. Tu veux être tranquille dans TA salle de bain. Dans TA maison. Et ce n'est pas ouvert à discussion. "Aaren. Attendez-moi dehors, on a pas fini." ajoutes-tu sur un ton impérial. Non, tu n'as pas tu dis. Et il est évident qu'il faut remettre les points sur les i. Mais pas ici. Pas tant que tu n'as pas enfilée une tenue digne de ce nom à la place de cette fichue serviette qui semble bien prête à se barrer une nouvelle fois.

Une vingtaine de minutes plus tard, te voilà habillée, les cheveux mouillés attachés en une rapide queue de cheval : tu es prête à affronter une fois de plus le regard de ton employé - et surtout à lui dire ce que tu penses de ses agissements. Juste au cas où il aurait eu un doute à ce sujet. La tête haute,  ton visage affichant un air impassible, tu entre dans la cuisine où ce dernier t'attend déjà. "Donnez-moi une bonne raison de ne pas vous virez directement. D'ailleurs, pour votre information: généralement, les gardes du corps se prennent aux intrus, et non pas aux personnes que la maitresse des lieuxlaisse entrer. Ou est-ce là une définition trop compliquée pour vous ?" C'est bien toi qui te tiens dans la cuisine, mais c'est Hera qui parle à ta place. Enfin, pas entièrement, parce que la maîtresse de l'Olympe lui aurait certainement déjà arraché la tête pour une telle offense.
(c) black pumpkin

Revenir en haut Aller en bas
avatar
messages : 25
Date d'inscription : 21/10/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Sujet: Re: Anyone who has never made a mistake has never tried anything new - Ileana
Ven 4 Nov - 13:26


I believe in everything until it's disproved. So I believe in fairies, the myths, dragons. It all exists, even if it's in your mind. Who's to say that dreams and nightmares aren't as real as the here and now?. Aaren & Ileana

Anyone who has never made a mistake has never tried anything new  

Peu connu pour ma grande intelligence, mais plus pour ma bêtise, j’ai toujours été plus enclin à agir qu’à réfléchir et cela depuis des millénaires. Difficile donc que cela change après quelques années à vivre sur terre, ce qui explique sûrement mon rejet des armées militaires humains. Si je me plaisais en tant que guerrier à Asgard, c’était sûrement parce que je ne répondais à aucun commandant, libre de mes gestes et de mes propres choix stratégiques, je jouissais d’une liberté quasi sans fin. Seul la parole d’Odin me dressait des limites que je m’obligeais à respecter. Car on ne dit pas non à Odin, cela n’a jamais été une possibilité. Je ne dis pas qu’il n’y a jamais eu d’accroches entre moi et mon père, en vérité, il y en a eu plusieurs, mais à la fin, j’ai toujours su mettre ma fierté de côté pour me soumettre au Dieu souverain d’Asgard. Sur terre, les choses sont rapidement devenues différentes et devoir répondre aux ordres d’un humain… ça a toujours été très difficile, voire impossible pour moi, en témoignent mon nombre incalculable de mises à pied, sans oublier le nombre de fois où j’ai simplement été viré.
Heureusement que les hommes oublient vite et que je sois immortel, ça a rendu les choses plus facile. Finalement devenir garde du corps, c’est un moyen de rester utile, sans recevoir trop d’ordres, bien que je reste d’une certaine manière soumis à la personne que je protège. Le truc c’est que je leur suis indispensable et que leur vie se trouve entre mes mains, ce qui les rends souvent plus sympathique que des chefs d’armées. Enfin c’est un moyen comme un autre de gagner ma vie, en faisant ce que je sais faire de mieux : Me battre, protéger les hommes et les femmes. C’est d’ailleurs pour une de ces dernières que je travaille désormais, pas vraiment par plaisir, mais elle paie bien et sa popularité la met plus en danger que certains autres. Disons donc que la protéger elle et plus un challenge que de protéger la dernière chanteuse à la mode. Et comme vous le savez tous, j’ai toujours aimé ça. J’aime quand il y a de la difficulté, de l’incertitude, savoir qu’elle a finalement vraiment besoin de ma présence, me donne envie de me surpasser. Voilà surement pourquoi je ne cherche pas bien longtemps, oubliant tout simplement de prendre mon talkie pour demander aux hommes qui bossent avec moi si la situation est normale. Je vois un mec non identifié près à rentrer dans sa douche et mon instinct prend le dessus. C’est que depuis que je suis ici, ma patronne n’est pas du genre à recevoir beaucoup de monde. En fait , elle est un peu loup solitaire, comme moi, dommage parce que ses traits sont sympathiques et qu’elle n’a pas l’air si désagréable que ça, même si elle est pas très causante. Va bien falloir que je lui dise un jour que pour la protéger faut que je connaisse un minimum sa vie, mais elle semble cultiver le mystère autour de sa personne, j’en connais d’autre comme ça, je suis un peu à ranger dans le même panier.

Frapper n’est pas une option, par contre, peut-être, aurais-je pu éviter de défoncer la porte pour la trouver nue comme un vers. Je suis un homme et j’ai toujours aimé les femmes (même les géantes) alors évidemment difficile de ne pas laisser mon regard se promener sur son corps pendant une brève seconde. Je sais pas pourquoi, mais j’ai un mauvais pressentiment quand je colle le mec au sol en rassurant la belle Ileana. "Ne pas m'inquiéter ? NE PAS M'INQUIETER ??!!" Bha oui, je viens quand même d’intervenir et j’ai même fait attention de ne pas le tuer. Parce qu’il faut savoir que quand je me bats face à un être humain, une simple baffe suffit aisément pour que je leur détruise la colonne vertébrale. Il est en vie, elle est en vie, j’ai bien fait mon boulot, je gère parfaitement la situation ! "Vous GEREZ ?! Bon sang, pourquoi je me suis laissée convaincre d'engager un incapable et un pervers !" Il se tourne vers elle, tout en tenant d’une main l’intrus qui tente tant bien que mal de sortir de la prise, mais aucun dieu, ni homme n’a jamais pu rivaliser avec lui. « Hé je viens de vous sauver, un ‘merci’ ça vous ferait si mal ? » Il en a marre qu’on le traite comme un chien, même si dans le fond il aime bien les chiens. "Mais je travaille pour perso, espèce d'idiot." Il resserre sa prise avant de le soulever comme s’il n’était qu’une vulgaire poupée de chiffon. « T’es quoi alors ? Un fan ? Un malade ? » Sûrement entre les deux. : "Mais bordel, dis quelque chose Iris ! Et toi, t'arrêtes de la mater." Iris ??? pourquoi il l’appelait comme ça, elle avait un prénom caché, un surnom qu’il ignorait ? Je soupire avant de lancer un regard noir à cette espèce de pantin. « Ouais, t’as vraiment l’air en position pour m’en empêcher. » Je souris d’un air goguenard, un vrai gosse, mais je peux pas m’en empêcher. Finalement elle reprend la parole et je comprends doucement où elle veut en venir… « Ah… votre amant! Vous voulez dire ? » Autant appeler un chat, un chat, c’est plus facile à saisir. Finalement le dieu Asgardien que je suis, finit par relâcher mon emprise sur le fameux invité, histoire de lui laisser enfin l’occasion de respirer avec plus de facilités. Je sors de la salle de bain, avant de lancer un regard amusé au brun qui me suit et qu’elle a aussi congédié. Je hausse les épaules, pas de chance mon vieux, ça doit être un mauvais karma. « Je ne vous raccompagne pas, vous connaissez la sortie ! » Je ne prends même pas la peine de repartir dans ma chambre, parce que je sais qu’elle va avoir deux, trois choses à me dire… "Aaren. Attendez-moi dehors, on a pas fini." Voila, j’en étais sûr. Je m’adosse donc contre le mur et attrape mon téléphone portable.

« Comment ça marche ce truc… » Je suis déjà aller sur Internet, mais ça me prend bien cinq minutes avant de réussir à taper ‘Iris’ dans le moteur de recherche. Mes yeux s’écarquillent quand mon regard se pose sur un lien wikipedia. Iris, messagère des dieux de l’Olympe ? Servante d’Hera ? « Me dite pas que j’ai énervé une déesse ? » Non … pas possible, si c’était une déesse, elle aurait sûrement embauché quelqu’un d’autre comme garde du corps que le pauvre Aaren Nygard, c’est-à-dire moa. « Non pas possible. » Je finis par ranger le téléphone, juste quelques minutes avant que sa voix retentisse dans le couloir.

"Donnez-moi une bonne raison de ne pas vous virez directement. D'ailleurs, pour votre information : généralement, les gardes du corps se prennent aux intrus, et non pas aux personnes que la maitresse des lieuxlaisse entrer. Ou est-ce là une définition trop compliquée pour vous ?" Il hausse les épaules. « Si vous voulez me virer rien vous en empêche. » Ouais, je trouverais surement quelqu’un d’autre à protéger. « D’ailleurs pour votre information, pour qu’un garde du corps, fasse bien son travail, il est important de l’informer de certaines choses. Comment voulez-vous qu’on assure votre protection sans rien connaitre de vous. » Même son groupe sanguin pouvait lui être utile, ses habitudes, tout en fait… Garder le silence sur la vie de ses clients ça faisait partie de mon boulot. « Mais si vous voulez que je parte, je connais le chemin, y a qu’à me le demander. » Fallait pas croire qu’elle allait me voir m’agenouiller à ses pieds pour lui demander pardon. Je possédais encore pas mal d’honneur et suppliait ne faisait pas partie de mes principes. « J’ai juste fait mon boulot que ça vous plaise ou non. » La prochaine fois, qu’elle pense à me tenir au courant de ses petites soirées avec ses aimants. Des bruits de pas se font entendre et un groupe de 4 hommes apparaissent. « Heu chef… on a … » Ouais… ils avaient peut-être oublié de le prévenir de l’arrivée de l’amant. « Retournez à vos postes… » Je me retiens de les traiter d’abrutis, ça reste de bons gars, ont juste encore besoin d’apprendre certains trucs, histoire que cela ne se reproduise pas. Je les regarde partir en roulant des yeux avant de reposer mon regard sur la blonde. « Je suis désolé, je voulais pas vous foutre la trouille et encore moins vous voir nue. » C’est bon, je viens de m’excuser et autant dire que c’est mon maximum, hors de question que j’en fasse plus et si elle veut que je prenne la porte et bien je le ferais tout simplement … une fois de plus je reprendrais ma route.


(c) black pumpkin

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Anyone who has never made a mistake has never tried anything new - Ileana

Revenir en haut Aller en bas
 
Anyone who has never made a mistake has never tried anything new - Ileana
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Impossible Made Possible. Fè san sòt lan wòch? Lamizè ayisyen
» Asa Made Jugyou chu !
» Présentation du 1er prototype de bus «made in Haiti»
» look at that face you look like my next mistake (emma)
» Made in Asia 8 - Bruxelles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CRYSTAL EYES :: 
STOCKHOLM
 :: ALVSJÖ :: LAC
-
Sauter vers: